AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Légende de la confrérie des dragonniers

Aller en bas 
AuteurMessage
Alagaësia
Admin destin
Admin destin
avatar

Féminin
Nombre de messages : 221
Age : 39
Date d'inscription : 28/12/2006

Feuille de personnage
Argents:
0/200  (0/200)

MessageSujet: Légende de la confrérie des dragonniers   Ven 29 Déc - 10:38

"Protéger et surveiller nos terres grâce aux dragons et aux pouvoirs que ceux-ci leur confére, telle est la mission de ses membres. Durant des milliers d'années, il s'en acquittère avec honneur et continuent encore. Leurs prouesses dans les batailles sont sans équivalent, car chaque Dragonnier a la force de dix soldats. Ils sont immortels ou presque : seul l'acier peut les transpercer; seul le poison peut les terrasser. Ils se servent de leur puissance pour accomplir le bien et seulement le bien; aussi, sous leur tutelle, des villes prospères s'érigent. Tant que les Dragonniers assurent la paix, Alagaësia est florissante. C'est un âge d'or. Les elfes sont nos alliés, et les nains nos amis; la richesse et la joie de vivre irradient les cités. Hélas, cela risque de ne pas durer...»

«Nul ennemi ne peut détruire la Confrérie, mais personne ne peut protéger les Dragonniers contre eux-mêmes. La Confrérie est au faîte de sa puissance, mais ilexiste des menaces grandissantes, un garçon du nom de Galbatorix !

Né dans la province d'Inzilbêth, aujourd'hui disparue. A dix ans, on l'évalua, ainsi que le voulait la coutume, et on décela en lui un potentiel exceptionnel. Les Dragonniers l'acceptèrent comme l'un des leurs. Galbatorix subit leur entraînement, et montra des dons remarquables. Doué d'un esprit hors du commun et d'un corps d'une force extraordinaire, il quitta rapidement les rangs des apprentis pour rejoindre ceux des Confrères.

Certains jugèrent que cette promotion brutale était risquée; hélas, le pouvoir avait érodé la modestie des Dragonniers; ils étaient devenus trop arrogants pour prendre en compte les mises en garde. C'est ainsi qu'ils risquaient de signer leur arrêt de mort...»

«Une fois son entraînement terminé, Galbatorix partit pour un périple fort aventureux en compagnie de deux amis, à dos de dragon. Loin dans les terres septentrionales, ils s'aventurèrent, volant jour et nuit. Ils se hasardèrent profondément dans le territoire des Urgals, car, présomptueux, ils pensèrent que leurs pouvoirs suffiraient à les protéger.

Là-bas, alors qu'ils se reposèrent enfin sur une épaisse couche de glace qui ne fond jamais, même en été, ils furent pris dans une embuscade tendus par les Urgals. Les deux compagnons de Galbatorix et leurs dragons furent massacrés. Cependant, malgré de graves blessures, Galbatorix réussit à mettre les monstres en déroute. Le malheur voulut qu'une flèche ennemie vînt se ficher dans le coeur de sa dragonne. Incapable de la guérir, Galbatorix la vit mourir dans ses bras. Ainsi furent plantées les graines de sa folie...»

«Seul, privé d'une grande partie de sa force, rendu presque fou de douleur par la perte de sa monture, Galbatorix erra comme une âme en peine dans un territoire désolé, appelant la mort. Mais la mort ne voulut pas de lui. Il eut beau se jeter sans crainte au-devant des monstres les plus redoutables, la mort ne voulut pas de lui.

Les Urgals eux-mêmes s'enfuyaient à l'approche de cette manière de fantôme. C'est alors qu'il vint à l'esprit de Galbatorix que, peut-être, la Confrérie lui offrirait un autre dragon. Poussé par cette idée, il entreprit un voyage épuisant, à pied, à travers la Crête, qu'il avait survolée en un clin d'oeil sur le dos de sa dragonne. Il lui fallut plusieurs mois pour la parcourir dans l'autre sens.

Il pouvait chasser grâce à la magie, mais, maintes fois, il emprunta des chemins où même les animaux n'osaient pas se risquer. Tant et si bien que, lorsqu'il eut franchi les montagnes, il était plus mort que vif. Un fermier, le trouvant évanoui dans la boue, prévint les Dragonniers. Ceux-ci emmenèrent leur confrère inconscient dans leur retraite. Là, Galbatorix dormit quatre jours, et son corps guérit: lorsqu'il se réveilla, il dissimula la fièvre qui faisait bouillir son esprit. Devant le conseil chargé de le juger, Galbatorix réclama un autre dragon.

La véhémence de sa requête révéla sa démence. Le conseil découvrit son vrai visage et repoussa sa demande. Galbatorix était désespéré. Berné par son délire, il parvint à se persuader que sa dragonne était morte par la faute des Dragonniers. Nuit après nuit, il se convainquit de la véracité de son mensonge, et il mit au point une terrible vengeance...»

«Il trouva un Dragonnier compréhensif et, piquant sa sympathie, il inocula au malheureux le poison de sa folie. Il multiplia les démonstrations faussées; il recourut aux secrets de magie noire qu'un Ombre lui avait enseignés au cours de ses errances; à force, il sut enflammer l'esprit du Dragonnier contre les Anciens.

Ensemble, ils attirèrent traîtreusement l'un d'eux dans un piège pour le tuer. Le crime accompli, Galbatorix se retourna contre son complice et l'abattit. Les Dragonniers le surprirent à ce moment-là, les mains pleines de sang. Un cri de rage tordit les lèvres de Galbatorix, qui s'enfuit dans la nuit. Sa folie le rendait si rusé qu'on ne le retrouva point.

Pendant des années, Galbatorix se cacha dans
les Terres désertiques, tel un animal traqué. Nul n'oubliait ses atrocités, mais, le temps passant, on finit par abandonner les poursuites. Cependant, la mauvaise fortune frappa de nouveau: Galbatorix rencontra Morzan, un jeune Dragonnier de constitution solide, mais d'esprit fragile. Galbatorix le persuada de laisser une porte ouverte dans la citadelle de l'Ilirea - qu'on appelle Urû'baen de nos jours.

Galbatorix s'y faufila et vola un oeuf de dragon. Son disciple et lui se cachèrent à un endroit où les Dragonniers ne s'aventureraient jamais. Là, Morzan commença son initiation aux forces maléfiques. Galbatorix lui enseigna des secrets interdits qui n'auraient jamais dû être dévoilés. Là naquit et grandit le dragon noir de Galbatorix, nommé Shruikan.

Maintenant Shruikan a atteint sa taille adulte, et Morzan a terminé son apprentissage, et Galbatorix se révèle au monde, Morzan à ses cotés.

Ensemble, ils veulent combattre tous les Dragonniers qu'il croise. A chaque fois qu'ils en tuent un, leurs forces grandissent.

Douze Confrères se sont déjà ralliés à Galbatorix, mus par le goût du pouvoir et le ressentiment. Avec Morzan, ils sont devenu les Treize Parjures.

Les Dragonniers survivants, déconcertés par cette alliance, risquent de succomber à l'assaut des traîtres. Les elfes, se joignent à eux pour livrer un combat acharné à Galbatorix, mais ils risquent d'être vite dépassés et se réfugient souvent dans leur terres secretes, d'où ils ne ressortent rarement.

Seul Vrael, le chef des Dragonniers, n'a pas peur de résister à Galbatorix et aux Parjures. Homme d'expérience, âgé et sage, il lutte pour sauver ce qui peut encore l'être, et empêche ses ennemis de mettre la main sur les derniers dragons.

Maintenant l'avenir de Alagaësia est entre vos main !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://harrypotter-ecole.forumactif.com
 
Légende de la confrérie des dragonniers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le tonnerre gronde, la pluie tombe, j'en suis heureuse....[Légende Japonnais]
» La légende de Martin et Martine par Tournesol
» Bretagne magazine spécial légende arthurienne
» La confrérie
» Les lieux de la légende...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: AVANT LE JEU :: Le contexte - L'histoire-
Sauter vers: